Petapixel a publié l’histoire étonnante d’un faux photo-reporter. Il ne s’agit pas de fake news, de photos retouchées, mais bel et bien d’un faux photographe. Cette personne a prétendu être photographe de guerre, notamment en Irak et en Syrie, alors que personne ne l’a jamais rencontrée sur le terrain. Quant à ses images des conflits, il a juste copié et modifié des photos d’autres photographes connus. Il a non seulement posté ces images sur les réseaux sociaux (où il rencontrait un certain succès notamment sur Instagram avec des nombreux followers), mais il a aussi reçu une réelle attention de la part des média (publications dans la presse, expos photos …).

Comment une telle usurpation est-elle possible de nos jours ?

En quelques clics sur Google Image, on aurait pu facilement le démasquer, non ?  On soumet une de ses prétendues photos et Google Image retrouve la photo originale sur le net, n’est-ce pas ?

La réponse est non, comme raconté dans l’article de Petapixel, à cause des modifications qu’il a faites exprès. Mais quelles sont ces modifications si puissantes ? Il a juste fait un effet miroir (ce qui est à gauche sur la photo passe à droite et réciproquement).

imatag team original  >>> Imatag Team mirrored image

Les moteurs de recherche image actuels ne sont pas des outils sérieux pour vérifier une source

Conclusion : Google Image, comme Tineye et Pixsy,  ne sont pas des outils sérieux pour trouver des violations de droits d’auteur car ils sont facilement contournables. A l’inverse, le web-crawler d’Imatag est bien plus robuste. Dans ce cas précis, il aurait trouvé que les photos modifiées sont des copies d’images originales (si ces dernières étaient protégées par Imatag, bien sûr).